Asper, asperitas.

Mon travail se révèle à la tombée de la nuit, lampe de poche à la main ou lampe frontale, à l'heure où les loups hurlent leurs plaintes psychédéliques et mystérieuses.



dimanche 11 août 2019


De l’oralité.

Chiant ! C’est la première fois dans ma vie que j’éructe ce mot qui est pourtant dans le dico. Je ne sais pas pour quelle raison ce mot chiant m’est insupportable.
J’ai essayé un jour de le dire devant mon entourage pour être comme tout le monde, ce qui a fait rire tout ce monde. On ne s’est pas gêné pour me faire remarquer qu’il valait mieux que je persiste à éviter ce mot car en le prononçant je n’étais pas naturel.

Et pourquoi quand je clame haut et fort : bordel de merde je suis tout à fait à l’aise dans mes baskets bien que ces quelques mots grossiers fâchent vertement ma Cécile si élégante dans son oralité.

En pleine savane, le troupeau de gnous attaqué par les vociférations et insultes de Condamnasie, l’esprit mauvais du cosmos, fuit dans des mares de sang.
Gouache à grande eau sur panneau papier 2 x 1.30 m.
(Mon unique travail en grand format impossible à trimballer dans les rues de la cité)



dimanche 10 janvier 2016

" Confitéor " de l'écrivain catalan Jaume Cabré.

47.  Titré :  Confiteor.   
Work on canvas, plastic-moss and acrylic. 80 cm x 80 cm.



Toute la cruauté du mal avec pour alibi le bien-pensé divin, ainsi soit-il !




En suivant le fil chahuté de ce roman, mon cœur s'est mis à saigner au son du violon et bien que l'amour s'en mêle à en pleurer, il saigne encore et je ne sais pour combien de temps.


Jusqu'à la lie




                                                           

                                                             



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2016.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

dimanche 13 décembre 2015

Sculpture annexe et fragmentaire.

55. Titré : Cop 21, il en restera toujours quelque chose !
Oeuf en conserve sur béton de synthèse.



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull 16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.


samedi 28 novembre 2015

L'éclosion de la grande illusion ?

54. Titré : COP  21
Oeufs sur béton de synthèse 62 cm x 25 x 5.






Comme les colibris dans la nichée de Pierre Rabhi, j'agis à ma modeste place pour la planète. 














Mais je garde un petit coin dans mon cerveau dédié à une once de fatalisme en raison de la cupidité et de l'égo des grands de ce monde.









J'espère de tout cœur que les décisions à venir des puissants rendront caduque l'interrogation de cette sculpture !



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull 16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.uito

mercredi 25 novembre 2015

Géométrie improvisée.

53. Titré: Porte-misère.
Acrylique, plastic-moss et cintres sur toile 60 cm x 50.














Je ne suis qu'un pauvre hère

L'ambition du porte-misère
Au trou noir cherche les couleurs
Insignifiantes tout juste un leurre.



















Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull 16. 2015.


Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mercredi 24 juin 2015

Rapprochez vous et ils vous regardent.

52. Titré :  Dérive.
Techniques diverses 60 cm x 70.

Dans la clandestinité et l'obscurité, allumez votre lampe de poche et vous découvrirez des dizaines de yeux qui vous fixent pendant que le graphisme du tableau se met à onduler.


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull 16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

jeudi 11 juin 2015

Imprévu au sommaire.

49. Titré :  Intrusion
Plastic-moss and acrylic on canvas 60 cm x 50 cm


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

dimanche 7 juin 2015

A découvrir dans une semi-obscurité.

48. Titré :  Au fond.
Plastic-moss on canvas 60 cm x 50.    (Asper, aspéritas).


Bien que noyées dans une géométrie rugueuse, les courbes s'imposent et éclaboussent la théorie des trous noirs.







Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.                    

Du 49/11 sur Bull.16. 2015.



Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

samedi 4 avril 2015

Cauchemar et talisman.

Le terrible drame de l'A320 dans les Alpes fait resurgir des cauchemars dans mon cerveau fragile. Ceux là-mêmes qui ont hanté mes nuits lors du crash du vol Rio-Paris en 2009 pour lequel je m'étais mis dans la tête qu'un de mes enfants était à bord. Elle devait rentrer du Brésil en prenant l'avion à Rio à peu près à cette période et je n'avais plus aucune nouvelle d'elle. La nuit je me levai cherchant à me vider la tête. C'est ainsi que j'ai brûlé mes idées sombres en créant le " Piedmain à deux têtes " .

J'allumais des bougies sur la périphérie intérieure de la véranda qui n'était pas équipée d'éclairage électrique. Me servant tour à tour des bougies exposées, je léchais avec leur flamme les supports pris dans le cellier qui attendaient depuis longtemps leur façonnage afin d'être publiés un jour dans un blog hypothétique . Et dans cette ambiance nocturne fantasmagorique j'inondais le sol de cire jusqu'à liquidation de la lumière. Le plus con dans cette histoire est que j'ai failli cramé la véranda et peut-être la maison ensuite.

En fin de compte ma fille était à ce moment en pleine forêt amazonienne, en mauvaise posture au milieu des inondations mais saine et sauve. Ce petit tableau que je promène partout ne me quitte jamais car il est mon talisman.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.



lundi 23 mars 2015

Émotion sexuée en balance .

46.  Titré :   Intimité explosive.
Plastic-moss, acrylic and color ink on wood 70 cm x 60.

Un coup de pied dans la fourmilière et c’est un bouillonnement au cœur du vagin.



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2015.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mercredi 4 mars 2015

Fleur de baix éclose.

45. Titré : Fleur de baix.
Plastic-moss, acrylic and color ink on wood 70 cm x 60.


En l'an 30, Insouciante et resplendissante, dans un véritable paradis qu'est la vallée du Cédron aux pieds des remparts, Lina récolte des fleurs de baix, si rares, si déroutantes, si abstraites, au curieux mélange de couleurs bleues et dorées et qui réagissent au déplacement de l'ombre. 
Ces fleurs si recherchées, encore de nos jours par une poignée d'initiés, ornaient le péristyle du temple.


Extrait de " l'affaire de l'homme agité peu agité et de l'homme agité " Publié sur Amazon.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2015.
Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.




dimanche 28 septembre 2014

A toucher sans modération.

40. Titré :  Nose-touch.  
Acrylic and plastic-moss on wood 70 cm x 40.  ( Dans la série : Les planches de Soho )


Suivant la langue : toucher ou pas toucher, oser ou pas oser.
Le nez se façonne dans le temps par le toucher des passants.

Au verso




Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.

Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

vendredi 8 août 2014

Petit clin d’œil à Fabienne V !

44. Titré :  Potoposhow.
  1. Acrylic on canvas 61 cm x 50 cm.   Mais c'est de l'humour, madame, ne vous vexez pas !

Le Potopo débute maladroitement, frénétiquement, puis s'assagit, s'organise, se maîtrise, se déroule en spirales qui se régénèrent dans le bleu intense du tableau et termine son show dans une régularité académique, laissant sous lui l'embryon d'un futur délirant.


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

samedi 28 juin 2014

Cachotterie cosmique par Portia, fille d' Hue-Ratnusse.

42. Titré :  Les 3 cousines :   Cordelia, Ophélia et Portia, filles de notre univers.
Acrylic on canvas 61 cm x 50. (Peinture arborescente)


















Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.

Du 49/11 sur Bull.16. 2014.



Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

jeudi 26 juin 2014

Travail inspiré par la sultane de Seringapatam.

41. Titré :   Indetêthan Kâsu.
Acrylic and plastic-moss on wood 70 cm x 40. ( Dans la série : Les planches de Soho )



Travail inspiré par la sultane de Seringapatam (à ne pas confondre avec le seringat).

Dans la cité sacrée de Bénarès s’élevait un temple de Brahma. A l’intérieur, au front de la divinité aux quatre mains était enchâssé un diamant, la Pierre de Lune, qui brillait au sein de l’oxymore le plus connu : l’obscure clarté qui tombait des étoiles.

Au 18ème siècle la tranquillité du lieu saint fut troublée par une invasion de Mongols. Les animaux sacrés furent égorgés et les temples de Brahma détruits.
Le diamant fut saisi par un officier de l’armée mongole qui l’offrit à une Hindoue de haute caste, grande séductrice devant Vishnou et experte en jeux érotiques des plus savoureux.
Par la suite celle-ci s’amourachât du sultan de Seringapatam (à ne pas confondre avec le seringat) qui fit incruster le fameux diamant au manche d’un poignard.

En 1799, la guerre éclata entre l’Angleterre et le sultan. Dans la ville prise d’assaut, un valeureux chevalier anglais s’introduisit dans le palais, transperça de son sabre un Indien qui fuyait muni du poignard garni à son  pommeau du diamant sacré. Cet Indien qui agonisait aurait crié : « la Pierre de Lune tirera vengeance du voleur et de ses descendants ».
Génération après génération, les pérégrinations du diamant occasionnèrent des destins dramatiques jusqu’à celui d’Helen Woudy qui dans sa belle villa entre l’avenue des Champs Elysées et celle du Prince de Galles au Touquet mourut intoxiquée par du monoxyde de carbone produit par la chaudière au gaz de son arrière cuisine. Son neveu découvrit avec stupéfaction  que le conduit d’échappement des fumées et des gaz était bouché par des gravats de briques et de ciment mélangés.
Fallait-il déclencher une enquête ou accepter la triste fatalité de cette merveilleuse Pierre de Lune.


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.

Du 49/11 sur Bull.16. 2014.


Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

dimanche 22 juin 2014

Les taches noires.

37. Titré:  Macula.
Plastic-moss and Acrylic 60 cm x 50.     (Ma peinture arborescente)





Derrière les taches noires d'un monde barbare, on peut aussi découvrir les couleurs de la beauté joyeuse de ce même monde.






Avec un large panier, Lina se lançait sur les chemins caillouteux de la cité et même parfois imprudente jusqu’aux carrières un peu à l’écart, à la recherche de pigments, de poudre, de poussière, de terre et de liants.
A la maison, dans un coin de l’atrium, elle disposait un linge d’un format qui ne dépassait jamais le mètre carré. Elle le fixait au sol à chaque extrémité par quatre bouts de bois taillés en pointe qu’elle enfonçait à l’aide d’une pierre. Elle versait une mixture faite d’un ersatz de myrrhe, de glaise, d’empois et de poudre minérale, qui une fois sèche assurait la tension et la dureté nécessaire au support. Ensuite venait l’étalement d’une fine couche de mortier à la composition d’éléments hétéroclites et ductiles, composition un peu secrète (comme le Plastic-moss d’un artiste actuel venu d’on ne sait où) fluidifiée par son urine et de l’eau de pluie.
Puis le séchage du support terminé, elle y posait délicatement les pigments en minuscules tas, qu’elle avait préalablement préparés, selon une configuration rigoureusement pensée.
Se munissant de son outil principal et indispensable, une petite pierre plate minutieusement choisie, Lina écrasait par petites touches les petites crottes de pigments sur le support. Enfin elle reculait de quelques pas et fière comme Tibère admirait sa peinture arborescente aux couleurs vives et primaires qui se déclinaient en fines ramifications porteuses d’une sève qu’elle devinait féconde pour l’avenir.

Sans doute sous le rayonnement protecteur de Jupiter, Callisto avait surmonté les écueils de sa jeune vie tant bien que mal, aussi grâce aux soins attentionnés de sa grande sœur Lina. Petites, elles étaient inséparables. Lina compensait le handicap de sa sœur par une présence de tous les instants.
Callisto ne voyait pas bien depuis sa plus tendre enfance, elle était atteinte d’une dégénérescence de la rétine qui allait en s’aggravant avec les années.
D’odieuses et insidieuses tâches noires s’immisçaient dans sa vision.
Lina, pénétrée de sentiments contradictoires ; désireuse de rejoindre son amour en Judée et déchirée d’abandonner sa sœur chérie, s’enferma dans sa chambre et dans le jeune pendant trois jours. Durant cette retraite improvisée elle sortit un matin, se procura de la matière, rentra à la maison, prit possession du petit coin dans la cour et réalisa un travail titré « Macula » qu’elle décida d’emmener dans ses bagages. Sur ce tableau figurait le regard magnifique de sa sœur encerclé des menaçantes et pressantes tâches noires.
                                                                    Extrait de " L'affaire de l'homme agité peu agité et de l'homme agité ".
                                                                                                              Publié sur Amazon.


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mercredi 2 avril 2014

Anatomie latine.

39. Titré: Dans les yeux de Paulina.
Plastic-moss and acrylic 98 cm x 36.    ( Ma peinture arborescente )

Pourquoi n'as-tu pas mis à temps ton Sénèque à l'abri en ton Arles si cher à ton cœur ?
J'aurais tant aimé connaître l'évolution de sa pensée sur la brièveté de la vie vingt ans de plus.
Vous saviez ce qui se tramait contre vous. Au dernier moment, en ayant pris soin auparavant d'armer les esclaves et affranchis de la maison, vous auriez pu résister aux deux soldats de Néron et filer par le sentier lialli jouxtant votre propriété et rattraper la via Jestra. Il n'y avait pas de messagerie en morse, pas de télégramme, pas de téléphone fixe et de portable. Vous aviez le temps de disparaître, hors de portée de Rome et vivre votre otium en Gaulle. Attale qui avait si profondément marqué ton Sénèque pendant sa jeunesse l'aurai encouragé ce jour tragique à fuir un coup tronqué du destin. 
Contrairement à la palingénésie ambiante le cours de l'histoire est à sens unique. Il n'est pas un éternel recommencement. La lune s'éloigne de nous chaque jour un peu plus et ne fera pas demi-tour pour nos beaux yeux. "



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.



Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

samedi 22 mars 2014

Petite farandole inoffensive.

36. Titré: L’œil de Moscou.
Acrylic on paper 60 cm x 40.    ( Ma peinture arborescente )

Ici aussi, ça ne rigole pas.
Ce tableau n’est pas en trompe-l’œil mais on a le sentiment qu’en le pliant en deux, une face s’est imprimée sur l’autre.
Ce qui n’est pas le cas évidemment.
C’est une petite farandole sous l’œil de Moscou.
Les Pussy-Riot n'ont qu'à bien se tenir !
Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2013.



Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mercredi 19 mars 2014

Avons nous le choix ?

33.  Titré: Le jeu.
Oil on cement 40 cm x 30.

A nous de jouer.




Notre monde est une partie de cartes dans un coin de l'univers.





Les jumeaux avaient grandi en sagesse pour l’un et en révolte pour l’autre. Arias ; l’enfant sage, était enjoué mais discipliné. Comme tous les gamins de  Rome de son âge, il jouait beaucoup et surtout à un jeu très en vogue sur les dallages des longs péristyles des riches écoles : « à l’attrape misère » avec ses camarades. Jeu qui consistait à recouvrir entièrement un garçon désigné par le groupe de chiffons sales et malodorants, de le laisser s’éloigner, puis de le rattraper à la course, tout en ramassant les chiffons tombés et éparpillés sur le sol. Une fois le garçon cible débarrassé de son accoutrement, les poursuivants comptaient chacun leurs chiffons et celui qui en possédait le moins devenait à son tour la cible.
Il admirait son père, le tribun Paulus Octa, et ne cherchait pas à le contrarier. Cependant, il était doté d’une volonté farouche et aspirait déjà, à l’âge de treize ans, à faire carrière dans les légions de l’empereur Tibère. Son père ayant remarqué très tôt son gout pour l’aventure militaire appuyait une éducation allant dans ce sens. Et tentait de lui donner tous les rudiments nécessaires à l’accomplissement d’une citoyenneté romaine de haut statut.
Très vite, Arias demanda à son père la permission de porter de temps à autre la toge blanche, affirmation de la citoyenneté romaine. Il se transformait rapidement en un jeune homme avisé, instruit, conscient de ses qualités et fier d’appartenir à la famille des Octa.
Rapidement, il s’inscrivit aux cours de l’école militaire, située au sud du forum, réservés aux fils d’officiers supérieurs et qu’il fréquenta assidument.
Quelques dizaines d’années plus tard, en l’an 30 de notre ère, ambitionnant de devenir à son tour tribun militaire, Arias avait supplié son père de le pistonner. Paulus Octa, profitant de l’influence d’un ami qui officiait dans la garde prétorienne de Tibère avait obtenu pour son fils le placement au sein d’une cohorte romaine un peu spéciale chargée de faire la police en terres occupées et positionnée en Judée. Forte de cent quarante hommes, elle complétait la troupe du Préfet qui gouvernait du haut de la forteresse Antonia de Jérusalem et était installée le jour sur la colline située à l’est de la ville, au sud du Mont des oliviers, avec pour objectif de surveiller au plus près la population de Jérusalem un tantinet instable ces temps derniers. Un poste de responsable de secteur, secondant le tribun Duisda à la tête de la cohorte, l’y attendait.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mardi 18 mars 2014

Les métallos.

32. Titré:  Métallus et Métalline.
Techniques diverses sur bois. 70 cm x 50.

LE TOTEM DE METALLUS ET METALLINE

Les petits hommes verts, c'est bien fini !     

En visite dans notre univers :  des êtres du 8ème.
A la différence des "verts" ils sont oxydables comme les terriens.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

lundi 17 mars 2014

Dione ou Sèverine.

30. Titré: Dione.
Oil and Acrylic on synthetic cement 50cm x 40.    ( Ma peinture arborescente )

Agacée par l'échec d'Encelade, la reine Mimas prend les choses en main.
Seuls les barabaux ont obéi à l'injonction d'Encelade.

Dione
Mimas demande à Dione de finir la mission. Celle-ci s’accapare d'attributs terriens et se trompe de siècle en se cachant sous le masque de Séverine, héroine de l'histoire française.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

dimanche 16 mars 2014

La mission d'Encelade.

29.  Titré: Encelade.
Acrylique et Plastic-moss 50 cm x 40.    ( Ma peinture arborescente )


Encelade déploie une énergie fantastique (l'irrigation de son cerveau est à son maximum, les yeux sont rouges, exorbités ) à la recherche de l'élixir 61430. Les barabaux sont à l'action dans Paris.


Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

vendredi 14 mars 2014

Ma déesse noire et mystique.

25. Titré :  Black Panther.
Acrylic and mystic water, on canvas 90 cm x 60.    ( Ma peinture arborescente )

Cécil, militante nationaliste noire chez les Black Panther, enfermée après les émeutes de Watts à Los Angeles, apparait derrière le grillage avec son béret et son rouge à lèvres, gardien de sa féminité.

Tu me tends un piège au centre de mon attention.
Mais je prie pour toi et te place dans mes intentions.
Tu  révèles ton visage d'une déesse noire envoûtante.
Sa texture a absorbé une eau bénite donnant à ton profil un pouvoir ensorcelant.


En fixant le grillage au centre du tableau et en variant les angles de vue, on peut alors distinguer le profil du visage de Cécil qui porte son béret de militante nationaliste noire.








Soho Daquito,l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito

jeudi 13 mars 2014

Le terreau à neurones pour le 8ème univers

24. Titré:  Terreau à neurones.
Cement and acrylic on canvas 61 cm x 50.

Un regard sur des connexions inconnues.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014.

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

dimanche 19 janvier 2014

Moi ? ...

23. Titré:  " Méditation ondulatoire du poisson "
Ondulations et acrylique 60 cm x 50.

Régulièrement je suis pénétré par un rêve qui colle aux basques de mon cerveau dans lequel je suis un Halosaurus Macrochir, beauté dans les profondeurs de l’océan, illumination joyeuse déclenchée par mes 64 écailles prismatiques qui luisent derrière une membrane transparente et espérente.

Et à chaque fois, merde, merde et merde, un Melanocetus dont le corps se résume à une énorme gueule pour avaler le toujours plus de nos sociétés vient briser ce rêve.
Je ressens alors dans la journée le besoin d’entrer en méditation ondulatoire.

Drapé d'un vêtement ample, j’entrouvre la fenêtre de ma chambre ainsi que la porte d'entrée créant un doux courant d'air.

Dos à cette fenêtre, je m’assieds sur le bord du lit, faisant face au grand miroir.
Et je me vois, plus précisément je vois mon moi.

C'est mystérieux de prendre conscience de son moi, comme un singe et un bébé, hébétés devant leur double dans la glace.

A la différence que pour moi, ce n'est pas mon double mais mon moi.

Ce constat n'est pas une posture mais un état.

Régulièrement je renouvelle cette méditation ondulatoire qui me trouble.
Je ne suis pas sûr de me faire comprendre. Peut-être avec le trottoir.

Vous pouvez essayer mais attention.
D'évidence il faut choisir un trottoir assez large dépourvu d'obstacles.
Je marche en fixant mes chaussures et rien d'autre, il n'y a plus de miroir, et pourtant j'ai conscience de mon moi qui se meut.

Mon voisin dans son jardin a son moi comme tous mes semblables.

Ce moi que je vois dans le miroir, et c'est là où la chose se complique, sera après ma mort, celui d'un vivant qui prendra conscience de l'unicité de son moi devant le miroir.
Ce sera le moi d'un autre complètement étranger au moi présent. Un moi syrien ou australien ou que sais-je encore. Peut-être le moi d'un salopard face à son moi, qui est mien, dans le miroir et c'est là le nœud de mon inquiétude.

Pardonnez moi, j'ai beaucoup de mal à expliquer cet état. c'est sans doute impossible à traduire avec mes petits moyens mais ma conviction est faite depuis longtemps.
Dans les profondeurs.
Et si vous me parlez de réincarnation, vous n'avez rien compris.

Alors de désespoir, étouffant ma rage
Je termine la méditation et fais mention de mon émoi
Devant la terrible incompréhension de mon entourage
Envers moi pour mon moi.







A chaque méditation je prends soin de briquer les bordures afin d'éviter l'oxydation de la matière et de mes pensées.





Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2014

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

jeudi 17 octobre 2013

Hollande.

22. Titré "Hollande"
Made on wood panel Mdf 80 cm x 40. ( Dans la série : Les planches de Soho)




Where are you ?
What do you do ?

Goes out of your box,
that your smell spread through my moor.

This is a politic pub for the Hollande cheese.                                                                  

Parcourez d'un regard pointu le fonds du décor et le sujet se découvre dans la raideur du protocole.

Hollande, où es tu ?
Hollande, que fais tu ?
Sors de ta boîte, que ton odeur se répande
dans ma lande.

Ceci est une "politic pub" pour le fromage de Hollande.

Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2013

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

samedi 14 septembre 2013

Récréation chocolatée.

21. Titré:  " Récréation chocolatée "
Réalisé sur panneau bois 70 cm x 40. Ciment de synthèse, ferraille, huile et chocolat.
( Dans la série : Les planches de Soho )


Hier, Mathilde la reine des Belges s'est offerte une petite friandise en se rendant au musée du Louvre-Lens.


Soho Daquito.
Du 49/11 sur Bull.16. 2013

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

vendredi 6 septembre 2013

Printemps en abstraction hors champs solaires.

20. Titré: " Printemps chez Larissimie ". 
Plastic-moss et acrylique 70 cm x 50.    ( Ma peinture arborescente )

Printemps beaulaire.
Photographie de Larissimie par Paul Onclark.
Dans cet univers si dérangeant car si supérieur au nôtre, il existe dans le 7ème système beaulaire du 8ème univers une planète au nom de Larissimie qui s'éveille après une longue période d'hibernation.

Soho Daquito.
Du 49/11 sur Bull.16. 2013

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.

mercredi 14 août 2013

L'élixir cosmique n° 61430.

19. Titré: " L'élixir 61430 ".
Réalisé sur panneau bois 70 cm x 40. ( Dans la série : Les planches de Soho )

                                       

Suite à la mission menée par Encelade et terminée par Dione, l'élaboration des composants est enfin accomplie.


l'élixir 61430 est un assemblage de trois corps fluides :  deux liquides et un gazeux.

P.S.   Merci de ne pas tremper vos doigts dans l'eau du marais végétalLa petite danseuse à la robe rouge qui apparaît en filigrane dans le vase disparaîtrait.



Ce mélange aussi mystérieux que l'énergie noire de notre univers est destiné aux mondes du 8ème univers dans le but de les doter d'une conscience et d'une intelligence qui ne peuvent que s'élever et atteindre le top de la grandeur d'âme indispensable pour justifier l'existence d'une création où les tièdes lignes droites s'estompent laissant l'espace libre à l'éclosion d'une courbe, beauté en devenir.



Soho Daquito, l'artiste venu d'on ne sait où.
Du 49/11 sur Bull.16. 2013

Tous droits réservés and copyright Soho Daquito.